Commerce, industrie, services

Article

Dessiner l'usine de demain

Publié le 19/03/2015 - Par Nelly Lambert

L’usine du futur se prépare dès aujourd’hui. C’est, en substance, le message que les acteurs économiques locaux cherchent à instiller auprès des PMI du territoire. En jeu, une compétitivité durable…

À la question : « À quoi ressemblera l’usine de demain ? » Philippe Novelli, DG d’Eca EN, à Saint-Herblain, et président de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), répond spontanément : « à une ETI, compétitive sur les marchés internationaux, dans laquelle l’intelligence des opérateurs viendra en appui d’un système largement dématérialisé. »

A contrario, dans une récente tribune parue dans Les Echos, Louis Gallois et Denis Ranque, co-présidents de la Fabrique de l’industrie*, pointent du doigt l’image qui reste le plus souvent collée à l’industrie, celle du Charlot des Temps modernes. Entre ces deux images, le chemin à parcourir paraît immense.
Ce décalage est-il réel ? Philippe Novelli l’avoue : nombre de dirigeants de PMI sont encore loin de prendre conscience des enjeux qui les attendent : « Il y a parfois des années-lumière entre ce que je peux voir chez Airbus, par exemple, et certains de nos adhérents ». Comment l’explique-t-il ? Par « un défaut d’investissement, mais aussi un manque d’ouverture d’esprit lié au repli sur soi. »

L'intelligence collaborative et le codéveloppement

Faut-il, dès lors, craindre le pire pour le tissu industriel local s’il ne se met pas rapidement à niveau ? Philippe Novelli se veut plutôt optimiste, estimant que la révolution industrielle qui nous attend se fera graduellement. « Il va y avoir des entreprises qui vont tracer parce qu’elles ont compris l’intérêt d’être connectées – c’est le cas dans l’aéronautique, par exemple – et le reste des troupes qui va se mettre en mouvement petit à petit », estime-t-il.

Ce qui peut faire la différence ? « L’intelligence collaborative », comme l’appelle Nicolas Orance, président du pôle de compétitivité EMC2. « C’est la logique du codéveloppement, de l’innovation ouverte entre des groupes, des ETI, des PME, des laboratoires de recherche, des centres d’innovation comme l’IRT Jules Verne où le numérique n’est pas fait que pour produire, mais pour coopérer, détaille Christophe Clergeau, vice-président du Conseil régional, en charge de l’économie. On sort d’une logique très descendante du donneur d’ordre qui transmet ses instructions à ses sous-traitants, pour être dans une dynamique où les partenaires d’une filière interagissent et pilotent ensemble. »

Zoom

Financer les investissements d'avenir

Aux côtés des banques et de la Région, Bpifrance intervient pour aider les entreprises industrielles à se moderniser, afin de gagner en compétitivité et de développer l’emploi. Une gamme de prêts « Usine du futur » est ainsi développée actuellement :

  • Prêts numériques : une enveloppe de 17 M€ a été allouée aux Pays de la Loire sur la période 2014/2015, mais celle-ci a d’ores et déjà été utilisée. « On proposera autre chose aux entreprises qui veulent effectuer un saut numérique », promet néanmoins Jean-Marc Ducimetière, directeur régional de Bpifrance.
  • Prêts robotiques : la direction régionale Bpifrance dispose depuis début 2015 de 18 M€ pour aider les industries à se robotiser. Là encore, l’enveloppe prévue pour deux ans risque d’être utilisée assez vite.
  • Prêts verts : disponibles à partir du 2e semestre, ils ont pour objectif de financer les investissements qui ont un impact positif sur l’environnement (recyclage, diminution des déchets, meilleure gestion des effluents…). L’enveloppe nationale de 350 M€ n’a pas encore été partagée mais, selon Jean- Marc Ducimetière, les Pays de la Loire peuvent espérer un peu plus que les 5 % correspondant à leur poids économique.
  • Prêts pour l’industrialisation : ces crédits seront ouverts à la fin du premier semestre 2015. Dédiés aux entreprises industrielles de croissance, ils pouront se cumuler avec d’autres interventions. Là aussi, l’enveloppe nationale de 270 M€ n’a pas encore été répartie par région. Tous ces prêts sont construits de la même façon : ils financent de l’immatériel et il s’agit de crédits dits « patients » de 7 ans (contre 4 à 5 ans pour les prêts courts traditionnels), dont 2 années de différé, afin de laisser à l’entreprise le temps de tirer profit de son investissement. Ces crédits sont bonifiés par une aide publique portée par le programme gouvernemental d’investissement d’avenir (sauf les prêts pour l’industrialisation) : « Au lieu d’être à 3-4 % sur 7 ans, ils vont être entre 1 et 2 % pour inciter les entreprises à investir », indique Jean-Marc Ducimetière.

Une prise de conscience

La formation est sans doute l’autre sujet-clé du changement des mentalités. Philippe Novelli est aussi président de l’Afpi, l’outil de formation de la métallurgie. Convaincu de la nécessité de rentrer dans un cercle vertueux, il prépare le rapprochement géographique de cet organisme avec l’IRT, à la rentrée 2018. Son objectif ? « Créer un effet d’entraînement : on veut ouvrir les yeux des jeunes pour qu’ils amènent ensuite leur entreprise à s’interroger. »

Du côté de la chambre de commerce et d’industrie, on aide aussi les entreprises à évoluer, en abordant l’usine du futur sous l’angle de la rupture industrielle. Gérard Allio, viceprésident de la CCI Nantes St-Nazaire en est convaincu : « L’entreprise de demain devra être de plus en plus agile pour s’adapter au contexte fluctuant. Les PME-PMI, notamment sous-traitantes, vont devoir trouver de nouveaux positionnements et de nouveaux marchés. » Pour ce faire, la CCI organise régulièrement, depuis 2014, des rencontres. Elle a réuni, par exemple, des entreprises et des étudiants de l’École de Design. Fondé sur une relation gagnant-gagnant, cet échange a notamment permis d’ouvrir les entreprises à un regard à la fois externe, jeune et créatif.

Reste tout de même la question du financement des investissements nécessaires pour monter la marche.

Une gamme d’outils spécifiques existe aujourd’hui (lire l’encadré Zoom), initiés dans le cadre du programme gouvernemental de La nouvelle France industrielle. « Notre objectif est de réaliser 60 M€ de prêts sur la thématique “usine du futur” pour les PME régionales en 2015, via une intervention coordonnée avec les banques et Bpifrance », souligne ainsi Christophe Clergeau. Certains de ces outils ont déjà été mis en oeuvre en 2014. Avec succès, indique le directeur régional de Bpifrance, Jean-Marc Ducimetière. « Nous avons réalisé en Pays de la Loire une quarantaine de dossiers “prêts numériques” en 2014, avec une moyenne de 400 000 €. C’est une vraie réussite, qui s’explique par la simplicité du contrat, notamment. Ces prêts ont eu auprès des entreprises un effet de dynamisation de la décision d’engager la transition numérique pour renforcer leur compétitivité. » La révolution est donc bien en marche.

 

* Ce think tank national travaille de manière pluridisciplinaire sur l’industrie et ses perspectives d’avenir, en France et en Europe. En savoir plus : www.la-fabrique.fr

En savoir plus

"L'industrie, notre avenir"

Cet ouvrage collectif, élaboré par le think tank « La Fabrique de l’industrie », réunit les contributions d’économistes, dirigeants, experts français et étrangers…

Autour de six thèmes (« Réinventer les modèles industriels », « Où va le travail ? », « Une industrie acceptable et acceptée », « Une industrie en symbiose avec ses territoires », « Du bon usage des modèles étrangers », « Nouveaux défis et nouvelles règles du jeu »), il analyse les enjeux de la compétitivité de l’industrie de demain.

 

« L’industrie, notre avenir », aux éditions Eyrolles, 27 euros.

Des besoins ?

L'espace Produits & Services de la CCI Nantes St-Nazaire vous propose des produits ou services en lien sur #Industrie #Développement entreprises #Economie #Stratégie #Plein Ouest

Flash'diag performance interne - industrie
Voir le produit
Flash'diag performance interne - industrie

Faites le point sur l'efficacité de votre organisation

Pourquoi et comment ouvrir son capital, ce qu'il faut savoir
Voir le produit
Formation Gestion

Tout ce qu'il faut savoir pour ouvrir son capital

Activités et processus achat
Voir le produit
Achats, Appros

Sachez mettre en oeuvre un processus achat!

> Accéder à toute l'offre CCI

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Vers toujours plus de compétitivité

Commerce, industrie, services

19/03/2015

Loupe

Lire l'article

Vers toujours plus de compétitivité

Se faire accompagner après un échec

Commerce, industrie, services

16/09/2016

Loupe

Lire l'article

Se faire accompagner après un échec

Partage Twitter Partage Facebook Partage Google Plus Partage LinkedIn

Plein Ouest, l'eMag

Décrypter l'économie de nos territoires

A la une de Plein Ouest

Brèves

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 09

    SEP

  • 18

    JUL

  • 16

    JUN

  • 16

    JUN

  • 10

    JUN

  • 09

    JUN

  • 06

    JUN

  • 29

    JAN

  • 19

    JAN

  • 07

    DEC

  • 26

    OCT

  • 05

    OCT

  • 02

    OCT

  • 02

    OCT

  • 17

    SEP

  • 15

    JUL

  • 06

    JUL

  • 17

    JUN

  • 01

    JUN

  • 27

    MAI

  • 04

    MAI

  • 30

    AVR

  • 10

    AVR

  • 19

    MAR

  • 19

    MAR

  • 03

    MAR

  • Le dernier dossier Plein OuestVoir tous les dossiers

    Rebondir après un échec

    Rebondir après un échec

    Recommander à un ami loader

    CCI Nantes St-Nazaire

    Voir toutes nos implantations
    CCI Pays de la Loire
    Le site web de la CCI Pays de la Loire  
    CCI.FR
    Le portail des Chambres de Commerce et d'Industrie