Commerce, industrie, services

A la loupe

En marche vers une « robolution » ?

Publié le 01/12/2014 - Par Magali Le Clanche

La vague robotique qui déferle sur le globe a, jusqu’ici, eu du mal à atteindre la France. Mais la situation est en train de changer. Et notre région, elle-même, semble passer à la cadence supérieure. État des lieux et analyse.

Il n’est plus question de science-fiction. Les robots aujourd’hui, délaissant les romans, investissent les milieux professionnels et le quotidien des hommes. Le phénomène s’est d’ailleurs tellement accéléré ces dernières années, sur la planète, que des spécialistes parlent désormais de « robolution ». Avec, à la clé, un potentiel majeur pour la filière. Outre celui de la robotique industrielle, créneau mature dominé notamment par les Japonais, les Américains et les Allemands, le marché en plein boom de la robotique de services est estimé à 100 M € en 2018 (contre 25 M € en 2015) par la Fédération internationale de la robotique (IFR).

Seulement la France, pour l’instant, s’est laissée distancer. En particulier sur le créneau de la robotique industrielle. « Sur 2013, il s’est vendu en Chine près de 37 000 robots industriels. Les Chinois ont donc acheté en une année ce que nous avons mis dix ans à installer dans l’Hexagone ! », témoigne Michel Denajar, conseiller Innovation Industrie Services à la CCI Nantes St-Nazaire. Et la comparaison entre pays européens ne nous est pas davantage favorable : dans l’automobile, par exemple, la densité de robots par employé de production est 1,5 fois moins élevée en France qu’en Allemagne.

Remettre à niveau l’appareil productif

Néanmoins, les pouvoirs publics ont pris la mesure de cette sous-robotisation. Et de la nécessité, pour être compétitif, de remettre à niveau l’appareil productif français. L’an passé, le gouvernement a d’ailleurs lancé le plan « France Robots initiatives », assorti d’une enveloppe de 100 M€ et d’aides à la robotisation des entreprises.

En Pays de la Loire, une impulsion a également été donnée. Avec divers moyens mobilisés par la Région pour permettre aux industriels, notamment, d’intégrer davantage de robots dans leurs process. Outre l’ouverture de la plateforme régionale d’innovation Proxinnov et la mise en place de financements (lire les encadrés), le Conseil régional a mis 10 M€ sur la table pour accélérer le mouvement.

Dans le même temps, tout un écosystème de la robotique se bâtit sur le territoire, réunissant des acteurs académiques et économiques tels que l’IRT Jules Verne, les chercheurs de l’IRCCyN (Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes) et des entreprises (des intégrateurs, des fabricants de composants et la « pépite » Sepro Robotique, seul constructeur français de robots industriels).

 

Zoom

Des aides à la robotisation

 Sur le territoire, une palette d’outils existe pour accélérer la robotisation des PME industrielles. Quelques dispositifs :

  • les services de la plateforme Proxinnov (lire l’encadré Pour en savoir plus) ;
  • le programme Advanced Manufacturing Tour, en lien avec le pôle EMC2, pour la sensibilisation des PME aux technologies avancées de production et à la thématique de l’usine du futur ;
  • le FRAC Industrie vise à soutenir l’effort de réflexion des entreprises industrielles sur six thèmes, dont le développement robotique des process industriels ;
  • le Fonds Pays de la Loire Territoires d’Innovation ;
  • le Prêt Robotique Bpifrance : garanti par la Région, il soutient les programmes d’investissements portant sur l’intégration d’équipements et matériels automatisés ;
  • le couplage possible d’un Prêt régional de redéploiement industriel (P2RI) et d’un prêt robotique, en lien avec la BPI ;
  • le programme Robot Start PME lancé en 2013 par l’État.

Basé à Carquefou, le groupe Europe Technologies est de ceux qui misent sur les robots. En témoigne l’acquisition, en juillet dernier, de Gébé2 Productique. Cette société vendéenne, intégratrice de solutions robotisées au service de la production, complète le savoir-faire du groupe. « L’expérience robotique de Gébé2 nous permet d’améliorer l’efficacité de notre offre technologique sur le traitement de surface par ultrasons, la soudure ainsi que la découpe de matériaux composites et thermoplastiques », commente Patrick Cheppe, président d’Europe Technologies. Le groupe peut ainsi mieux répondre aux attentes actuelles des grands donneurs d’ordre de l’aéronautique, de l’agroalimentaire et de l’automobile. 

 « La robotique, cela fait un moment que j’y crois. Mais aujourd’hui, nous n’avons plus le choix si nous voulons suivre un monde qui se robotise rapidement », commente le dirigeant. Parmi ses 300 salariés, Europe Technologies compte désormais 33 personnes dédiées à la robotique contre 3 avant l’acquisition de Gébé2. L’intégration accrue de robots inspire aussi les start-up. Récemment, la Loire-Alantique a vu naître de jeunes « pousses » aux activités innovantes.

Moins de pénibilité et plus de productivité

Créée en janvier dernier, la société Gobio s’est spécialisée dans l’intégration de systèmes robotisés pour aider les personnes dans leur quotidien professionnel et personnel. À commencer par les étonnants exosquelettes, qu’elle commercialise dans le grand Ouest. Composées de bustes articulés, que les hommes enfilent sur leur dos, ces structures mécaniques augmentent leurs capacités physiques. Et réduisent les efforts produits sur le lieu de travail. « Grâce à un exosquelette, valant entre 2 500 € et 7 000 €, un opérateur pourra porter par exemple des objets pesant 10 kilos avec un ressenti de 200 à 300 grammes seulement », explique Benoît Sagot-Duvauroux, directeur technique et développement. 

 

Une application parmi d’autres qui permet d’améliorer la productivité et qui suscite également l’intérêt de grandes entreprises (STX, Vaillant…) et de la Carsat des Pays de la Loire pour prévenir les troubles musculo-squelettiques. En effet, l’utilisation de ces exosquelettes peut être envisagée pour les postes exposés à un ou plusieurs facteurs susceptibles de laisser des traces durables et irréversibles sur la santé (lourdes charges, travaux répétitifs). 

Mais Gobio Robot ne s’arrête pas là. La société explore aussi le créneau de la robotique de service à usage professionnel via l’intégration de robots, permettant la téléprésence. Les usages sont nombreux, de la surveillance de stocks au télétravail, en passant par la surveillance médicale. « Nous travaillons notamment sur la mise en place de dispositifs pour accompagner les personnes en perte d’autonomie, précise Benoît Sagot-Duvauroux. À distance, la nuit, les entreprises d’aide à la personne pourront faire circuler au domicile le robot qu’elles louent pour s’assurer qu’il n’y a pas de souci si la personne, par exemple, a quitté son lit. »

De la croissance et des emplois

Dans cet univers, Intuitive Robots en connaît aussi un rayon. Basée au Hub Créatic, la start-up conçoit et réalise des applications logicielles dédiées aux robots humanoïdes. Elle travaille pour le leader mondial Aldebaran Robotics – le père notamment de « Nao » et « Pepper » –, dont une équipe de recherche est implantée à Nantes. « Grâce aux multiples applications qui seront proposées, les particuliers pourront, à terme, avoir un robotcompagnon qui leur facilitera le quotidien, et avec lequel ils communiqueront de plus en plus naturellement, précise Franck Calzada, dirigeant d’Intuitive Robots. Par exemple avec une personne seule, ce robot échangera et lui rappellera, si besoin, de s’hydrater.

Témoignage

Zoom

Une robotique aux 1 000 visages

Traditionnellement divisée en deux branches, industrielle ou de service, la robotique revêt des formes multiples. Et des usages tout aussi variés, en essor constant. Regroupant les robots industriels, qui interviennent à différents stades des process de fabrication, la robotique de production touche aujourd’hui un marché de masse avec des applications dans diverses filières (automobile, aéronautique, agroalimentaire, etc.).

Autre segment en pleine progression : la robotique mobile, qu’elle soit terrestre ou aérienne. Parmi ses représentants désormais incontournables figurent les drones. Utilisés d’abord dans le domaine de la défense, ils se propagent ces dernières années dans notre quotidien. Avec un fort développement dans la prise de vues vidéo ou photographique, à l’instar de Pixiel, à Rezé. En France, le secteur du drone compte 650 sociétés (dont 42 constructeurs). La robotique, enfin, recouvre des technologies de pointe comme la nanorobotique, dont les applications demain pourraient faire considérablement progresser la médecine. Sans oublier la robotique humanoïde, filière très prometteuse sur le terrain, notamment, des service, à la personne.

À l’école, il guidera l’enfant vers la découverte d’une solution ». Cette interaction ouvre la voie à bien d’autres usages comme le guidage et le conseil dans les lieux publics (musées, magasins, etc.). Avec la baisse progressivede leur prix – il faut compter environ 5 000 € pour acquérir un robot humanoïde contre plusieurs centaines de milliers d’euros, il y a dix ans –, l’arrivée en nombre de ces robots paraît se rapprocher.

Si la filière robotique va de toute évidence bouleverser les modes de vie, l’économie devrait aussi être bousculée positivement. Car les gains à attendre de ces robots, surtout pour l’industrie, sont nombreux. « Minutie au dixième près, réduction des erreurs, repositionnement du personnel sur des tâches moins pénibles, à plus forte valeur ajoutée… Toutes les entreprises qui ont installé un robot ont trouvé cet investissement très structurant pour les process de production », observe Michel Denajar. Avec un produit moins cher, de meilleure qualité, etc., elles sont plus performantes pour  conquérir de nouveaux marchés et, malgré les idées reçues, pour… recruter. Plusieurs rapports de la Fédération internationale de la robotique montrent ainsi que les pays les plus robotisés sont aussi ceux qui ont le mieux préservé l’emploi industriel. Autant de raisons pour s’engager davantage aux côtés des robots.

En savoir plus

Proxinnov : une plateforme pour tester son projet

Opérationnelle depuis fin 2013, la Plateforme régionale d’innovation Proxinnov a pour mission, parmi d’autres, d’aider les entreprises concernées à intégrer la robotique dans leurs usines et process de production. Des équipements sont mis à leur disposition, permettant de couvrir l’ensemble des activités liées à la robotique tels que des logiciels (CAO, FAO…), des équipements périphériques (convoyeurs automatisés, ventouses, pinces, etc.) Des prédiagnostics et des tests de faisabilité peuvent ainsi être effectués sur un plateau technique de 600 m2 doté de robots industriels (ABB, Kuka, Staübli, Yaskawa). Actuellement, Proxinnov accompagne plusieurs projets de R&D parmi lesquels celui d’une entreprise du secteur de la santé. Jusqu’alors, ce fabricant d’orthèses produisait à l’étranger et de façon manuelle. Il étudie le recours à la robotique comme un moyen, en local, d’accroître sa productivité.

En savoir plus : www.proxinnov.com

Des besoins ?

L'espace Produits & Services de la CCI Nantes St-Nazaire vous propose des produits ou services en lien sur #Créativité #Innovation #Production #Service #Plein Ouest

Mindmapping
Voir le produit
Formation Créativité Innovation

Optimisez votre performance avec un outil reconnu mondialement !

Les bases du diagnostic stratégique
Voir le produit
Formation Stratégie

Développer l'entreprise

Structurer et piloter l'innovation
Voir le produit
Formation Innovation

Piloter l'innovation

> Accéder à toute l'offre CCI

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Partage Twitter Partage Facebook Partage Google Plus Partage LinkedIn

Plein Ouest, l'eMag

Décrypter l'économie de nos territoires

A la une de Plein Ouest

Brèves

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 09

    SEP

  • 18

    JUL

  • 16

    JUN

  • 16

    JUN

  • 10

    JUN

  • 09

    JUN

  • 06

    JUN

  • 29

    JAN

  • 19

    JAN

  • 07

    DEC

  • 26

    OCT

  • 05

    OCT

  • 02

    OCT

  • 02

    OCT

  • 17

    SEP

  • 15

    JUL

  • 06

    JUL

  • 17

    JUN

  • 01

    JUN

  • 27

    MAI

  • 04

    MAI

  • 30

    AVR

  • 10

    AVR

  • 19

    MAR

  • 19

    MAR

  • 03

    MAR

  • Le dernier dossier Plein OuestVoir tous les dossiers

    Rebondir après un échec

    Rebondir après un échec

    Recommander à un ami loader

    CCI Nantes St-Nazaire

    Voir toutes nos implantations
    CCI Pays de la Loire
    Le site web de la CCI Pays de la Loire  
    CCI.FR
    Le portail des Chambres de Commerce et d'Industrie