Commerce, industrie, services

Dossier

Ces serials entrepreneurs qui rebondissent plus haut

Publié le 16/09/2016 - Par Magali Le Clanche

Prendre le temps de se ressourcer, garder un œil sur l’activité globale, ne pas vouloir se développer trop vite… Les « multirécidivistes de l’entrepreneuriat » connaissent mieux que quiconque les clés pour réussir. Témoignages de 5 d’entre eux.

« Savoir prendre du recul »

Corine KEIFLINCorine Keiflin, co-gérante de Smäk (agence de communication, spécialisée dans l’alimentaire et l’hôtellerie-restauration)

« Avant Smäk, en 2007, j’avais créé avec deux associés une première agence de communication, basée à Colmar. Début 2014, j’ai revendu mes parts pour m’installer avec mon compagnon à Nantes. J’ai alors saisi cette opportunité pour réaliser un projet, que j’avais en tête depuis un moment. Celui de monter une agence de communication globale spécialisée dans l’alimentaire. Après une étude approfondie du marché, j’ai donc créé Smäk, il y a 2 ans, avec mon associée. Lors de ma première expérience, cela nous était arrivé d’être sous l’eau. Or il faut toujours penser à prospecter, à développer son entreprise. C’est important sinon on risque d’être dépassé par les évènements et ne plus veiller à la gérance. Aujourd’hui, je sais également mieux scinder travail et vie de famille. Auparavant, je travaillais tard le soir et le week-end. Prendre du recul est essentiel pour nourrir l’imagination. Pour avoir également une bonne vision des réalités.
Sur ce territoire, nous avons trouvé en tout cas un écosystème porteur. Etre une femme chef d’entreprise est plus facile qu’en Alsace. De même, artistiquement parlant, Nantes et la Loire-Atlantique offrent un réseau économique moderne et ouvert. Ici, nous pouvons affirmer le caractère dynamique, chaleureux et décalé de notre agence ! ».

« Ne pas brûler les étapes »  

Alban BREMONTAlban Brémont, fondateur d’Artivisor.com (plateforme web de mise en relation entre professionnels de l’artisanat et particuliers)

« C’est lors de mon mariage, il y a 4 ans, que l’idée d’Artivisor est née. J’avais eu des difficultés à trouver des professionnels, qu’il s’agisse de traiteurs, coiffeurs, joailliers… Sur le web, c’était la jungle ! On avait du mal à identifier les bonnes adresses, à obtenir des informations vérifiées sur les professionnels. Il n’y avait rien non plus pour éclairer leur expertise, qu’il s’agisse de recommandations d’utilisateurs, de photos, etc. Or, comme fils et petit-fils d’artisan, je suis sensible à cette valorisation du savoir-faire. Le lancement en 2015 de la plateforme Artivisor, où 140 professionnels sont aujourd’hui référencés, y concourt.
Pour monter ce projet porteur de valeurs, j’ai tiré les leçons de mes expériences passées. Après avoir travaillé dix ans à mon compte dans l’évènementiel, j’avais fondé une société de transport de tourisme en 2012. Mais j’ai été confronté rapidement à un afflux de clients, ce qui m’obligeait à acquérir d’autres véhicules. Je ne me sentais pas les reins solides pour développer autant et si vite ! J’ai revendu dès 2013. Pour Artivisor, je ne souhaite pas brûler les étapes. Et préfère développer en fonction des moyens dont je dispose. Ce qui m’a servi aussi, c’est d’aller partager des expériences avec d’autres entrepreneurs, qui font avancer et indiquent des écueils à éviter. Grossir trop vite en est un… ».

« Choisir les bons outils décisionnels »

Bruno LAVOLEEBruno Lavolée, président de Ledixis (conception et fabrication d’appareils d’éclairage pour les secteurs audiovisuel, photographique et cinématographique)

« Ledixis, c’est une seconde expérience entrepreneuriale. Avant, durant 11 ans, j’ai été co-gérant de l’ex-société Naotek, spécialisée dans la conception de systèmes à LED. En 2013, j’ai quitté la société parce que nous ne partagions plus, avec mon associé, la même vision stratégique.
En créant Ledixis à l’été 2013, puis en développant l’entreprise qui emploie 7 salariés, j’ai tenu compte des erreurs précédentes. Nous avons, par exemple, tout de suite investi dans un logiciel de gestion de production afin d’anticiper une croissance. Je savais que, si nous ne mettions pas en place tout de suite les outils adéquats, c’était plus difficile après de les intégrer. Pour suivre l’activité de Naotek, et les prises de commandes, nous utilisions Excel. Mais il avait fallu, au bout d’un moment, passer sur un logiciel plus adapté. A la création de Naotek, j’avais eu la chance d’être accompagné par un parrain d’Atlanpole, qui m’avait familiarisé aux outils décisionnels et à leur importance pour piloter l’activité.
Plus globalement, quand on a créé une première société, on aborde la seconde avec une vision plus sereine. On relativise davantage les problèmes que l’on peut rencontrer. Et tout, ou presque, semble plus facile… ».

« Bien positionner les rôles de chacun »

Sylvie BARATSylvie Barat, présidente SC Conseil (cabinet conseil en gestion des ressources humaines) et SB Management (plateforme de CV vidéos – Myjobtv.fr)

« Avant d’exercer des responsabilités RH dans une société de services informatiques, de 2000 à 2006, puis dans une entité de la SNCF jusqu’en 2012, j’ai été chef d’entreprise durant 11 ans. J’étais gérante d’un studio de prises de vue publicitaires et communication à destination des entreprises. D’abord seule, puis avec un associé. Cette entreprise avait employé jusqu’à 5 salariés mais, à la suite d’un désaccord avec mon ancien associé sur la stratégie de développement, nous avons arrêté. En 2012, forte de multiples expériences comme salariée au sein de grands groupes et comme chef d’entreprise, j’ai décidé de créer SC Conseil à l’attention des PME-PMI. Je m’étais rendue compte qu’il y avait des besoins (conseils en maîtrise des risques, conseils juridiques, conseil en gestion des RH), en termes d’accompagnement du dirigeant. Et cela, dès le premier salarié. En 2015, dans une approche complémentaire, j’ai de même lancé SB Management. Mes précédentes expériences m’ont apporté un meilleur sens de l’organisation. Elles m’ont appris également, dans la gestion de la stratégie, à bien positionner les rôles de chacun par rapport à l’activité globale de l’entreprise. Ce qu’on n’avait pas fait lors de ma première expérience entrepreneuriale. Chez SB Management, nous sommes 4 associés mais j’interviens seule sur le volet opérationnel…

« Toujours vérifier par soi-même ! »

Bertrand DERIEZBertrand Deriez, gérant du site marchand Pieces-online.com (commande et livraison de pièces et accessoires pour l’électroménager)

« Garder un œil sur les prestataires, dont on s’entoure, c’est une des leçons, que j’ai retenues de ma première expérience entrepreneuriale. En 2006, j’avais déjà créé un site de e-commerce, sur lequel je vendais des produits liés au bien-être. Pour me concentrer sur mon activité, j’avais beaucoup délégué sans vérifier si les professionnels, auxquels je faisais appel, étaient compétents ou pas. Je pensais qu’en investissant cher dans un graphiste, un comptable, etc., l’entreprise serait au top. J’avais notamment été conseillé par une société de référencement, qui m’avait amené à mettre en place un nouveau site web. Mais j’ai obtenu l’effet contraire, avec une perte totale de visibilité. Ce fut le plongeon brutal, avec un dépôt de bilan en mai 2008.
Quelques mois plus tard, en faisant des allers-retours pour trouver une pièce afin de dépanner ma machine à laver, l’idée de créer pieces-online.com a germé. Mais j’ai entrepris d’une tout autre manière, en optant pour le portage salarial et en travaillant de chez moi. De même, alors que j’avais dépensé 30 000 € pour la création du site précédent, j’ai investi… 150 €, en 2009, pour le lancement de pieces-online.com. Sept ans après sa création, l’activité est en croissance continue et j’ai recruté un salarié. Pour autant, je reste vigilant et vérifie tout par moi-même. Chaque mois, grâce à mes propres tableaux de bord, je sais exactement où se situe ma marge… ».

Des besoins ?

L'espace Produits & Services de la CCI Nantes St-Nazaire vous propose des produits ou services en lien sur #Plein Ouest #Développement entreprises #Jeune entreprise #Création d'entreprise #Economie

Se perfectionner à la conduite de projet
Voir le produit
Formation Management

mener des projets plus complexes !

S'initier à la conduite de projet
Voir le produit
Formation Management

Des méthodes et des outils pour mener à bien un projet

Elaborer son business plan
Voir le produit
Formation Finance

Elaborer son business plan

> Accéder à toute l'offre CCI

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Anticiper les difficultés : un réflexe salvateur

Commerce, industrie, services

16/09/2016

Loupe

Lire l'article

Anticiper les difficultés : un réflexe salvateur

Se faire accompagner après un échec

Commerce, industrie, services

16/09/2016

Loupe

Lire l'article

Se faire accompagner après un échec

Partage Twitter Partage Facebook Partage Google Plus Partage LinkedIn

Plein Ouest, l'eMag

Décrypter l'économie de nos territoires

A la une de Plein Ouest

Brèves

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 26

    SEP

  • 09

    SEP

  • 18

    JUL

  • 16

    JUN

  • 16

    JUN

  • 10

    JUN

  • 09

    JUN

  • 06

    JUN

  • 29

    JAN

  • 19

    JAN

  • 07

    DEC

  • 26

    OCT

  • 05

    OCT

  • 02

    OCT

  • 02

    OCT

  • 17

    SEP

  • 15

    JUL

  • 06

    JUL

  • 17

    JUN

  • 01

    JUN

  • 27

    MAI

  • 04

    MAI

  • 30

    AVR

  • 10

    AVR

  • 19

    MAR

  • 19

    MAR

  • 03

    MAR

  • Le dernier dossier Plein OuestVoir tous les dossiers

    Rebondir après un échec

    Rebondir après un échec

    Recommander à un ami loader

    CCI Nantes St-Nazaire

    Voir toutes nos implantations
    CCI Pays de la Loire
    Le site web de la CCI Pays de la Loire  
    CCI.FR
    Le portail des Chambres de Commerce et d'Industrie