CCI Nantes St-Nazaire
CCI Nantes St-Nazaire
16 Quai Ernest Renaud - CS 90517
44105 Nantes Cedex 1

Tel : 02 40 44 60 00
communication@nantesstnazaire.cci.fr

Actualité

International - 19 Juillet 2018

Cap International : les entreprises regardent plus loin

Entre vendre à l’export et se développer à l’international, il y a souvent un gap important. Pour aider les entreprises à le franchir, la CCI propose Cap International. Un « bagage » de méthodes et de vécus.

24h pour vous repondreUne question ? Nos conseillers vous répondent !

CAP INTERNATIONAL : DOPER L’INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES DU 44

 

Mettre un pied à l’étranger, puis se développer dans le monde. Pour l’entreprise, c’est souvent un cercle vertueux, qui vient dynamiser son activité globale. Reste que s’implanter à l’international est un parcours à bâtir par jalon, en cernant les bonnes solutions. Et en sachant s’inspirer, au contact d’autres entrepreneurs. 

DOPER L’INTERNATIONALISATION

C’est dans cette logique que la CCI Nantes St-Nazaire a lancé Cap International au printemps dernier. Apportant méthodologie et partage d’expériences, ce programme d’actions, et de rencontres, s’est fixé un objectif : doper l’internationalisation des entreprises du 44. Et leur permettre de passer du statut d’entreprise exportatrice à celui d’entreprise internationale. « A la CCI où nous disposons déjà d’une offre solide, en termes de soutien à l’international, nous avons identifié deux moments clés sur lesquels mettre davantage l’accent, précise Renaud Josse, vice-président de la CCI. Se lancer à l’export, pour une entreprise, est l’une de ces étapes charnières tout comme le passage de l’export à l’internationalisation. »      

QUELLE POLITIQUE RH ? 

Le 10 avril 2018, au sein de la CCI, un premier Cap International s’est tenu. Avec un rendez-vous organisé sur le thème « Le management des équipes et l’interculturalité : quelle organisation mettre en place ? Quelle politique RH développer à l’international ? ». Dédié aux DRH et chefs d’entreprise, dont la part à l’export excède 20 %, et animé par le sociologue Philippe Pierre, cet atelier de travail s’est ouvert par le témoignage de 3 dirigeants d’entreprises internationales : Jean-Marc Feltin, directeur général de Wirquin, Julien Hervouët, président de I-Advize et Jean-Michel Renaudeau, directeur général de Sepro Group. 

Dans un second temps, les participants ont travaillé par binôme afin d’identifier, et de questionner ensemble, 5 points de vigilance en matière RH à l’international. Une réflexion, à laquelle Jean-Pascal Chupin a pris part. La société Florentaise, dont il est le PDG et qui est leader des supports de culture (terreaux, paillages, etc.) en France, réalise 50 % de son activité en volume à l’étranger. Avec 6 implantations en Estonie, Inde, Chine, Royaume-Uni et Etats-Unis.

 

SE « PLANTER », PUIS SAVOIR SE RELEVER

Selon le dirigeant, ce 1er temps de Cap International a été riche en enseignements. « Sa valeur ajoutée a résidé dans les échanges entre PME locales exportatrices, observe-t-il. Nous avons notamment beaucoup appris des expériences des entreprises témoins. Savoir comment elles se sont parfois « plantées » à l’international, et comment elles se sont relevées, était très instructif. » 

Un regard partagé par Hortensia Raminoarisoa, Directrice administrative et financière et DRH de l’entreprise Rotatheam (fabrication de tapis convoyeurs à béton) à Sautron. « Nous avons pu rencontrer des dirigeants, ayant des niveaux d’avancées différents à l’étranger et des problématiques à la fois similaires et complémentaires aux nôtres. Pour nous, qui structurons actuellement un projet d’installation à l’international, cette rencontre répondait directement à nos problématiques », souligne ainsi la responsable. De quoi donc « passer le cap », plus sereinement et efficacement. 

 

 

Par agence FRAZZEO

 

 

Ajout à vos favoris

Cette page a été ajoutée à vos favoris dans votre espace personnel.

Recommander à un ami loader